Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/03/2012

Les Monastères afghans en péril

Jusqu'en janvier 2010, Sciences et Avenir révélait dans un reportage (n°755) une "course contre la montre" pour sauver "un trésor exceptionnel" menacé par une exploitation minière en Afghanistan, les mots n'étaient pas trop forts : le site de Mes Aynak tient ses promesses au-delà des espérances des archéologues. En effet, sur cet ancien complexe gréco-bouddhique situé à 40km au sud-est de Kaboul, six monastères bouddhiques ont été mis au jour. "Outre les fragiles fresques murales, statues et éléments d'architecture en terre, dégagés ces derniers mois, nous avons récemment exhumé  un trèsor d'orfèvrerie en or et en argent daté du Ve siècle, ainsi qu'une quarantaine d'importants fragments de manuscrits bouddhiques des VIIe-VIIIe siècles", s'enthousiasme l'archéologue Philippe Marquis, directeur de la Délégation archéologique française en Afghanistan (Dafa) et de l'équipe afghano-internationale en charge des fouilles. "Des pièces rarissimes", précise-t-il. Des découvertes ont permis de comprendre le rôle qu'exerçaient les moines de l'époque dans l'exploitation des mines de cuivre et de confirmer la place des monastères dans un réseau de diffusion du métal qui a pu s'étendre jusqu'au Japon et en Corée. Devra-t-on bientôt parler d'une "route du cuivre", à l'instar de la "route de la soie" ? La question se pose. Mais elle n'est pas la seule. Car la richesse du site touche à plusieurs domaines. "L'extension de nos travaux nous rapproche aussi d'un gisement paléontologique découvert par les Français dans les années 1970 et qui constituerait l'un des plus riches filons de fossiles de primates d'Afghanistan", poursuit le spécialiste. Hélas ! rien ne dit que les scientifiques auront le temps de chercher les réponses à toutes ces questions. Car Mes Aynak reste situé sur le second plus grand gisement non exploité de cuivre du monde, racheté à prix d'or en 2008 par une compagnie chinoise. Aussi, les délicats outils des archéologues vont devoir laisser la place aux gros engins miniers. Devant l'ampleur des découvertes, les Chinois ont concédé trois ans aux chercheurs. Un délai qui prendra fin en 2013...

B.A.