Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/02/2008

ELEPHANT INTERMEDIUS A ST GEORGES (2)

(suite de la note de lecture du 20/01/08)

 

Ce sont  deux défenses qui apparaissent dont une partie se trouve sous un pêcher. La nuit arrivant la trouvaille est enfouie provisoirement en attendant son extraction définitive.

Les travaux reprennent le 30 novembre. Les défenses sont enfouies sous 80 cm de terre et après dégagement révèlent leur taille imposante. Une des deux a été  sectionnée par un tracteur, mais la seconde en bon état mesure 2,35 m de long. Dans le prolongement de celles ci, sont mis au jour des ossements de la tête et un peu plus loin un gros os de 65 cm de long, probablement un tibia. Pour éviter des mutilations par des curieux venus voir le chantier, les fouilleurs se relaient sur le site pendant le repas. Une voiturette, avec des roues caoutchoutées et couverte de paille est menée par M Champel est prête pour transporter ces ossements.

L'extraction est rendue difficile et délicate à cause du poids et de la taille des vestiges. Pour tout arranger la pluie arrive rendant le terrain argileux collant et glissant. Enfin les défenses sont ramenées à Charmes de nuit. Le lendemain les fouilles continuent et permettent de dégager le maxillaire inférieur, les molaires, des os de la  tête et le tibia. Tous ces éléments sont entreposés dans une pièce de l'école de Charmes. Malheureusement, sortis de leur gangue protectrice d'argile, ces os se désagrèges. C'est alors que M Laurent de Saint Peray, membre de la SPF, vient au secours des découvreurs et porte des produits permettant de silicater ces restes afin de limiter la destruction de ceux ci au contact de l'air.

Les mensurations de la défense sectionnée par le tracteur sont : segment1 de 55 cm de long et circonférence de 45 cm, poids de 9,5 kg. Segment2,  35 cm de long et segment 3,  15cm de long.

(à suivre)

 

2048522654.jpg