Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/11/2009

Moulin Hydraulique de Barbegal (13)

Dans le cadre de la parution prochaine de la monographie n° 5 consacrée aux moulins de l'Embroye et du Turzon, il nous a paru interessant de présenter un des plus vieux moulin hydraulique du sud de la France. Il s'aggit de l'ensemble des moulins hydrauliques romains de Barbegal. Ce site se trouve sur la commune de Fontvielle, à 4 km du moulin à vent d'A. Daudet, au sud du vallon des Arcs. Deux acqueducs alimentent cette meunerie ainsi que la ville d'Arles à une dizaine de km plus à l'ouest.

Ces moulins ont été construit à la période où la ville d'Arles (Arelate) était à l'apogée de son développement, c'est à dire sous le règne de Trajan (deuxième décénie du II° siècle). Ils ont fonctionné jusqu'à la fin du III° siècle.

Les fouilles conduites par F. Benoit de 1937 à 1939, ont permis de décrire l'architecture générale des bâtiments. Leur longeur était de 61 m sur 20 m de large. Ils étaient constitués par deux ensembles symétriques, dans le sens de la longueur, avec un escalier central monumental. De chaque côté, à l'extérieur, une série de 8 biefs, était construite, en dégradé. Ils constituaient ainsi deux fois 8 chutes qui entrainaient 16 roues. Entre l'escalier monumental, au centre, et les biefs, des pièces étaient construites, abritant les mécanismes de mouture. Une goulotte en bois conduisait l'eau en avant de chaque roue, qui en tombant dans des augets, faisait tourner celle-ci.

La production de cette "usine" devait se situer au tour de 4,5 tonne/jour, ce qui représentait pour la population de 12500 âmes d'Arles, quelques 350 gr de farine par personne et par jour.

Des éléments de meules ont été découverts en 1992. Elles ont 44 cm d'épaisseur en leur centre et leurs dimensions sont conformes à ce que l'on peut trouver dans les moulins romains hydrauliques connus de cette époque. Ces meules en basalte, proviennent, pour certaines, de la région du Mézinc (laves trachyandésites) et du Coiron (trachytes et phonolite)

Une maquette reproduisant l'ensemble du site comme , est visible au musée Départemental d'Arles Antique.

Un site et un musée qui valent le déplacement.

(Extrait du compte rendu de Philippe Leveau. Professeur d'Archéologie Emérite Aix en Provence.)

 

DSC01406.JPG                      DSC01407.JPGDSC01409.JPGDSC01411.JPGDSC01412.JPG

DSC01413.JPG

Les commentaires sont fermés.