Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/02/2012

COMPTE-RENDU DE L'AG DE CARTA

Assemblée Générale de CARTA à St-Julien-en-St-Alban du 28/12/2011

 

Ce samedi 28 janvier 2012, C.A.R.T.A  a tenu son Assemblée Générale à St-Julien-en-St-Alban. A.G à laquelle nous avons assisté en tant qu'association adhérante. Voici le compte rendu de cette réunion.

Début  à 10h, par l'acceuil du Président, Yves Meyrignac.

Etaient présents 22 personnes et 12 excusés.

Remerciements à monsieur Lèvêque, ajoint au maire et représentant la mairesse de St-Julien-en St-Alban, empêchée et à Y Proud pour l'organisation matérielle de  la journée. Matin, bilan moral et compte de résultat 2011. Après-midi visite de la chapelle Saint Julen. Historique et débat sur son état de conservation par Yves Meyrignac, Maurice Ferrand et un observateur mandaté par la Sauvegarde des Monuments anciens de l'Ardèche. Visite du pont du Pouzin et présentation de l'ouvrage les Ponts routiers de Gaule Méridionale par J. Dupraz

Bilan Moral

Rappel de l'A.G. extraordinaire tenue le 17 avril 2011 où l'élection d'une nouvelle équipe sous la houlette de Y. Meyrignac. Bureau du C.A. : Vice-président , J-C Courtial, Trésorière ,A. Météry, Secrétaire, R.Ribeyre. Membres du C.A. : MC Bailly-Maître, C.Traisse, D.Buis, M.Ferrand, J.Dupraz. A cette occasion le C.A. a décidé selon ses thèmes de réunion d'ouvrir la discution à des invités ainsi J.Moulin, Y.Proud, F.Perrazza, M.Météry se sont joints à nos réunions. Nos activités se sont recentrées en 2011 sur nos fondamentaux :

 Samedi 21 mai : Participation aux Journées Nationales d'Archéologie organisées par l'INRAP avec au programme une aprés-midi de conférences qui a rassemblé à Privas salle de la Chaumette (prêt gracieux de la salle par la Mairie de Privas), une soixantaine de personnes venues écouter trois conférenciers : Alain Belmont, maître de conférence à l'Université Pierre Mendès France de Grenoble II, Colette Véron et Nicolas Menvielle doctorants, sur le thème de l'extraction des meules à grains et des moulins du Moyen-Age et de l'époque moderne en Europe et en Ardèche.

Ont été présentés ensuite avec signature par les auteurs les ouvrages de Corinne Ferrand, Des pilleurs à l'archéo-colo, roman pour enfants aux éditions Plumes d'Ardèche et de Joelle Dupraz, Inscriptions latines de Narbonnaise VI : Alba, ouvrage d'épigraphie, aux éditions du CNRS. Cette présentation était faite sur le stand de la librairie La Fontaine de Privas où V.Gloekler avait rassemblé de nombreux ouvrages d'archéologie.

Une collation offerte par CARTA, a permis à tout le monde de se remettre et surtout d'affronter le troisième round. En effet, tos ceux qui étaient intéressés et il furent nombreux, étaient conviés à la découverte sur le terrain de la carrière de Veyras (alias site des tombes antiques). G.Naud pour la géologie du lieu, M.Ferrand pour le commentaire archéologique et C.Véron pour les méthodes d'extraction des meules, ont conduitles visiteurs à travers le dédale d'activités et de chronologies dont témoigne la dalle de grés enfouie sous la végétation. Des traces d'extraction de meules, de sarcophages, de métallurgie mais aussi un cimetière rupestre s'enchevêtrent de l'Antiquité au Moyen-Age autour de la ruine d'un bâtiment encore en élévation dont le mode de construction ancien est trés soigné.

Les 17 et 18 septembre : Participation aux Journées Européennes du Patrimoine sur le thème du Voyage en collaboration avec l'Inrap et la ville de Privas. CARTA a saisi cette occasion pour présenter dans la chapelle des Récollets, vieille ville de Privas, une exposition intitulée : Ces pierres voyageuses qui nous parlent d'Histoire. CARTA sollicitée par D.Buis et quelques membres de la SHAP, association en sommeil depuis plusieurs années, s'est émue de la déshérence qui pesait depuis 2000, date de fermeture du Musée de la Terre Ardèchoise, sur les pièces lapidaires archéologiques héritées de "la collection Malbosc". Celles-ci étaient stockées en vrac dans une cave des Récollets, mélangées avec toutes sortes de rebus destinés à la benne. Dès avant l'été un premier travail d'identification et d'inventaire sommaire étaient entrepris. Face à la qualité des pièces qui émergeaient progressivement de la poussière et de l'abandon, l'idée a germé, afin de sauver cette collection lapidaire, de présenter au public "ces épaves" de l'histoire de l'Ardèche et de Privas comme messagers de cette même histoire. Deux thèmes se sont dégagés de cette exposition lapidaire augmentée de plans, de photos et d'une maquette de la vieille ville réalisée par la SHAP en 1991 : la topographie médiévale de la ville de Privas et l'histoire malheureuse "de la collection Malbosc", noyau du XIX° siècle d'un projet de musée avorté. Cette exposition a été visible du 13 septembre au 16 novembre 2011. L'exposition a fait l'objet d'un commentaire devant Y.Chastan sénateur-maire de Privas lors de l'inauguration du cahier de Privas par la revue MATP, publication dans laquelle plusieurs membres  de CARTA ont écrit des articles. Des pièces très interessantes ont été mise en évidence et parfois identifiées par des recherches occasionnées par l'exposition : Armes du cardinal de Tournon provenant de l'abbaye de Cruas, fragment de table d'autel romane à décor d'entrlacs taillé dans le marbre d'une inscription antique.... Aux côtés de cette exposition qui ooupait la nef de la chapelle, l'Inrap avait prêté gracieusement une exposition sur l'objet archéologique dans le domaine du préventif qui occupait avec ses 12 panneaux retraçant la nature et le parcours de ces objets, le choeur de la chapelle.

Mercredi 12 octobre : participation avec la collaboration de l'ONF et la ville de Privas à la Fête de la Science sur le thème de la Forêt. D.Buis et Y.Meyrignac se sont particulièrement investis en organisant l'aprés-midi aux côté du technicien de l'ONF A.Bonhomme responsable du secteur de Privas, une découverte pour les scolaires du Bois Laville et so arboretum. A cette ocasion un magnifique pin fut dédié à Georges Fabre initiateur de la Restauration en Terrain de Montagne. Le soir Y.Meyrignac, chef de district honoraire de l'ONF a fait une conférence à la maison des associations  sur l'historique de la protection et de la restauration des forêts en Ardèche et en France, présentant le travail de G.Fabre et de ses précurseurs permettant aux auditeurs (30 personnes dont l'adjoint à l'écologie de la mairie de Privas) de mesurer l'immense tâche entreprise et la qualité des résultats obtenus de nos jours dans la restauration des forêts.

Samedi 22octobre : rencontre sur le terrain avec une vingtaine de participants à Sainte-Marguerite Lafigère pour découvrir sous la houlette de MC Bailly-Maître, directrice de recherche au CNRS, N.Minvielle, doctorant et F.Pérazza, président du groupe d'étude des mines anciennes, GEMA, le site encours de fouille des mines médièvales du Chassezac auColombier. Le matin nous avons été reçus par Monsieur le Maire de Sainte-Marguerite-Lafifère dans les locaux de la mairie où une présentation vidéo par MC Bailly-Maître sur la recherche entreprise depuis maintenant plusieurs années sur ce secteur. Après un pique-nique rapide, nous sommes allés sur le terrain voir les anciens chantiers d'extraction dont la plupart ont été mis en sécurité, c'est à dire détruits par l'exploitant le plus récent et les ateliers de concassage installés sur le carreau de la mine. Ensuite nous avons visité l'église romane Saint Antoine de Lafigère et son cimetière puis la tour féodale.

Parution dans la revue Ardèche/Archéologie n°28/2011, des chroniques de CARTA, p45 à 47 de deux notices , l'une sur le prieuré clunisien de Saint-Georges-les-Bains, l'autre sur le prieuré casadéen de Saint-Julien d'Orcival (Albon), ainsi qu'un hommage à Sylvie Rimbaub, notre jeune amie préhistorienne, trop tôt ravie à notre petite communauté et à notre amitié, signé par JP.Demoule, président honoraire de l'Inrap et professeur de préhistoire à l'université.

Les ouvrages dans lesquels les membres de CARTA ont écrit ont circulé : Cahier N°1 de Privas dans la revue MATP, Ardèche Archéologie n°28, Les ponts routiers de Gaule méridionale, édition CNRS, où figurent deux notices sur les ponts du Pouzin et de Viviers, le roman pour enfants des pilleurs à l'archéocolo aux éditions plumes d'Ardèche, le volume VI des Inscriptions latines de la province narbonnaise/Alba aux éditions du CNRS.^

 

Bilan Financier

L'état des finances de CARTA au 10/12/2011 est de 4500€

Les comptes de résultat depuis l'A.G. extraordinaire de mai 2011 s'établissent pour les recettes(essentiellement les cotisations) à 675€, et pour les dépenses à 442,10 €.

Les comptes de résultats sont approuvés par 21 voix pour, 1 abstention et un pouvoir.

Appelà cotisation : 2012,15€

 

Projets de CARTA pour 2012

Publications

-Rubrique de CARTA ans Ardéche Archéologie n°29 de 2012.

Les notices des chroniques de CARTA sur nos divers travaux de 2011. Un article de fond sur quelques pièces de la "collection Malbosc" présenté dans l'exposition "ces pierres voyageuses qui nous parlent d'histoire"

Un article sur l'inscription trouvée à Saint Montant par A Fambon.

A.Météry est chargée du suivi et du récolement des textes. Les textes et illustrations doivent être remis pour le 25 février 2012, pour la réunion du comité de lecture d'Ardèche Archéologie à Soyons.

 

Bien que le FNAP (Festival Nationnal d'Archéologie de Privas), laisse encore chez certains d'entre nous des regrets, le CA a considéré que pour l'instant, les choses sont encore trop incertaines pour remettre celui-ci sur les rails. Pourtant en 2011, l'Inrap avait un stand à Blois (Festival International de l'Histoire) et en 2011 a été inauguré le premier festival de l'Histoire de l'Art. Comme quoi l'idée n'était pas mauvaise.

Sur une idée  de C.Fraisse, CARTA pourrait se lancer dans un projet original : celui d'un salon du livre archéologique pour enfants. L'idée séduit d'autant plus que CARTA peut s'appuyer sur plusieurs expériences : ouvrage de C.Ferrand sur Alba, la 3eme place obtenue par la classe de l'école du Champ de Mars de E.Lèvy, institutrice au Concours archéo/junior 2011, le secteur enfance de la médiathèque de Privas trés dynamique, la Librairie La Fontaine, secteur enfance, le magasin de jouets l'arbre à jouets, le théatre et D.Lardenois qui ne cesse de demander ce que deviennent les archéologues. De plus il existe dans Privas plusieurs familles dont les enfants sont trés interessés par l'archéologie. C.Ferrand bibliothécaire de la ville de Cruas propose le partenariat de la bibliothèqueet un titre pour ce projet : Archéologie et livres jeunesse. Le support pourrait être les journées nationnales de l'Archéologie vers les  23 et 24 juin sur le site des Récollets.

Michel Raimbault propose de se mettre en contact avec Dorothée Marcelli, documentaliste du collége de Vallon qui pourraient être intéressés par ce projet. Une réunion sur le projet se fera dans les semaines qui viennent.

 

Rencontres sur le terrain

Dimanche 13 mai 2012 à Soyons. Proposition de JC Courtial qui souhaite relancer un travail sur Soyons, rappelons que JC Courtial a travaillé sur les collections  pour sa maîtrise et son DEA. Nous ferons une rencontre  sur ce site majeur. JC Courtial est chargé de prendre lescontacts , notamment avec A.Gille qui travaille sur l'ocupation du sol à Soyons entre le II° s av notre ère et le II° s de notre ère. J.DUPRAZ prendra contact avec P.Réthoré, de ll'Inrap et responsable de l'Atlas topographique de Valence, pour le lien Soyons/Valence.

Dimanche 30 septembre 2012 rencontre sur le site de La Farre, commune de Gras

Octobre, date à préciser, Villeneuve de Berg où notre ami Jean Moulin va s'installer et doit travailler la topographie médiévale de cette bastide royale

Contact a été pris avec notre ami Michel Delay pour une rencontre au Cheylard où des fouilles importantes ont été faites à proximité du site d'Aric. Une occupation prothohistorique puis gallo-romaine ont été déterminés. Ce serait bien de prendre contact avec les archéologues qui ont travaillé sur ce secteur, E.Durand,G.Maza, E.Comes.

 

Publications de CARTA

J.Dupraz propose que CARTA soit un des supports de la publication du Sanctuaire de Bagnols à Alba qu'elle pense pouvoir achever  à la fin de 2012. Le CA a accepté le projet, une réunion du CA sera consacrée à la présentation du manuscrit en cours de rédaction.

 Au terme de la matiné, Y.Meyrignac et R.Ribeyre présentent un diaporama de la chapelle des Roberts, ancienne église de St Julien menacée  par l'avancée du ravin de Mortevieille. l'etat des lieux a été fait en 1994 par le cabinet de géomètre Géoplus. Cette étude a été faite à la demande de monsieur  Gille, alors maire de Saint-Julien-en-Saint-Alban. Monsieur Lévêque  avant son départ a précisé que la mairie avait tout à fait conscience de l'urgence de la situation et qu'elle souhaitait travailler étroitement avec CARTA.

Les membres de l'assemblée se sont rendu l'aprés-midi sur le site de la chapelle. Jean Bouvier et Alain Fambon adhérents à CARTA et à la Sauvegarde des Monuments Anciens de l'Ardèche ont été désignés comme observateurs au titre de la Sauvegarde. Cette visite a permis de constater l'avancée redoutable de ce ravin trés profond depuis l'état des lieux effectués en 1994.

Il est temps en effet d'intervenir car il reste à peine 1m entre le bord du ravin et l'angle S-W de la chapelle, les terres étant tenues par la végétation.

Cet édifice de culte, aujourd'hui désafecté, propriété de la commune, sert à de nombreuses animations, notamment culturelles (théâtre pour les scolaires, concerts). La chapelle romane, entourée des vestiges de son cimetière, a beaucoup de charme dans un bel environnement où la culture de la vigne est très présente.

Ancienne église paroissiale, Saint-Julien apparaît dans les textes dès le X° siècle. Elle appartient sans doute au réseau des édifices de culte chrétien mis en place dés le haut Moyen-Age relayant une occupation du sol qui remonte au Haut-Empire Romain puis dépend  au X° siècle du prieuré clunisien de Rompon. Son état actuel, d'allure romane, laisse entrevoir trois principales étapes de construction et reconstruction. La chapelle a été inscrite à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques en 1947.

CARTA s'émeut du sort de cette chapelle d'autant plus que des témoignages de vandalisme sont visibles sur les pierres tombales (XIX° s) de l'ancien cimetière et qu'un précédent négatif existenon loin de là sur la commune du Pouzin avec le prieuré clunisien de Saint-Pierre de Rompon, alias Couvent des chèvres, lui aussi inscrit à l'ISMH, dont l'intérêt  scientifique et patrimonial a été maintes fois souligné, véritable "martyr du patrimoine" faute d'intérêt de tous !

L'assemblée n'a pu se rendre au Pouzin comme prévu, faute de temps. Les membres se sont séparés en fin d'après-midi.

Les commentaires sont fermés.