Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/08/2010

Escapade au pays des toits de lauzes et de genets.

Ce mercredi 4 août, nous avons été conviés par la municipalité de Sagnes et Goudoulet, à une journée dans la Montagne Ardéchoise. Pour ceux qui ne connaissent pas cette région, ce village se trouve à mi-chemin entre Burzet et le Gerbier des Joncs et à 12 km de Lachamp Raphael.

Le nom de Sagnes et Goudoulet est issu de la réunion de deux mandements.

:

-Sagnes (qui signifie marécages), où se trouve l'actuel village,au dessus de la Pradelle (pradelle en patois = poële), rivière qui à cet endroit avait la forme d'une poële, autour du prieuré St Robert dépendant de l'abbaye de la Chaise Dieu.

-Goudoulet, vient du nom d'une grange dépendantes de l'abbaye d'Aiguebelle, dans la Drôme. ("goudous", en patois est l'équivalent de béalière ou bief)

Un des principaux bâtiments du village est l'église néo-romane du XIX° siècle qui remplace celle beaucoup plus ancienne qui était devenue trop vétuste et trop petite. La particularité de cette église est son accoustique et Christ en bois taillé par les artistes locaux. Cette église est dédié à St Robert de Thurlandes fondateur en 1043 de l'abbaye de la Chaise Dieu, et à Ste Marguerite. Le clocher pointu à l'origine, a été victime de la foudre et en 1934 du feu, a été remplacé par un simple crènelage.

Eglise_SAGNES.JPG
Prieuré_SAGNES.JPG
Couverture_genets_SAGNES.JPG
DSCF4920.JPG
DSCF4924.JPG
Le second point interessant du village est la Ferme des Grands Sagnes avec sa toiture de lauzes (classée monument historique), qui abritait à l'origine les moines venus de la Chaise Dieux. Ce bâtiment relié alors à l'église par un cloître, constituait le prieuré. Celui-ci ainsi que celui tout proche du Gros de Géorand étaient réputés pour leur production fromagère. Ces prieurés furent la proprièté de la Chaise Dieux jusqu'à la Révolution. En 1970, cette bâtisse devint la première ferme auberge de la Montage ardèchoise.
On peut admirer la construction, les linteaux et embrasures des portes ainsi que le four à pain qui y est accolé. La toiture qui descend jusqu'au sol du côté nord est faite de lauzes issues du délitement de "sucs" locaux. D'ailleurs, la commune abrite encore (mais non exploitée) une lauzière sur le flanc du "suc de lek'ous".
Autre particularité de ce village (ils sont une vingtaine en France), le monument aux morts porte pour date de fin de la Grande Guerre, 1919 au lieu de 1918. 1919 est la date de la fin de TOUTS les combats sur tous les champs d'opération au monde. Puis la matiné se termina par une dégustation de produits locaux, avant de se donner rendez-vous pour la deuxième partie de la journée à 14h30.
Cette après-midi fût réservée, aprés une petite randonnée à travers la campagne, à la visite d'une authentique ferme restaurée avec couverture de genêts et avec son mobilier paysan ancien récupéré çà et là parmi les brocantes. Des anciennes écuries on peut voir que les poutres maîtresses de la charpente sont constituées par des troncs complets de résineux des forêts voisines ainsi que le travail
 

Les commentaires sont fermés.