Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/08/2011

EGLISE DE SAINT CIRGUES EN MONTAGNE (Ardèche)

Visite de l'église

Pour celui qui vient de la place du Breuil, c'est le chevet de l'église qui apparaît tout d'abord. On en longe le côté gauche pour rejoindre le portail d'entrée auquel on accède par un escalier assez raide.

A l'origine, simple chapelle d'un hôpital routier, elle était désservie par des moines du prieuré de Goudet (Haute Loire) qui dépendait lui même du prieuré Saint Philibert de Tournus. Elle fut ensuite donnée à l'abbaye de Saint Chaffe du Monastier avant d'être gérée par les Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem. L'ouverture en forme de croix inscrite dans un cercle, du clocher en témoigne. Au Moyen Age, des hôpitaux routiers, installés régulièrement à deux heures de route les uns des autres, accueillaient les voyageurs sur les routes de pèlerinage, le temps d'un repas et d'une nuit.

 Cette chapelle fut agrandie au XI ème siècle pour devenir l'église paroissiale du village qui était alors situé au pied du château des Eperviers, à environ deux kilomètres au nord du village actuel qui ne commença à se développer en ce lieu, qu'au XIII ème siècle. La dernière travée et la façade de l'édifice datent du XIX ème , époque où la population atteignit son apogée.

Le vocable "Saint Cirgues" est dérivé de Saint Cyr, enfant martyrisé avec sa mère Juliette. Ce culte fut amené d'Orient par les voies de pélerinage.

Les vitraux, en dalles de verre soufflé, sont aussi des oeuvres de Louis-René Petit, ( voir abbaye de Mazan) pour résister aux vibrations dues à la circulation sur les routes encadrant l'église. Les dalles de verre sont assemblées avec du mortier préparé avec du sable assez grossier.

Le chevet de l'église est remarquable par ses modillons : ils sont ornés de sculptures toutes différentes, représentant les signes du zodiaque.

                                                                                                             A.F.

 

Les commentaires sont fermés.