Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/02/2013

MUSEE DE VALENCE

L'Odéon de Valence

A n'en pas douter, la fouille archéologique menée par l'Inrap avant la réouverture du futur musée, restera dans nos mémoires grâce à la découverte des vestiges d'un antique odéon. Quand bien même nous savons qu'en archéologie tout peut arriver, voir ressortir ainsi un fantôme du passé reste toujours une surprise et un moment de grande émotion. Et pas seulement archéologique. L'archéologie a ceci de formidable qu'elle fait exister ce qui n'est pas encore, et pourtant déjà là, elle est tout à la fois une porte ouverte sur le passé, une percée vers l'imaginaire et une clef pour lire et revisiter le présent.

Attention, suivez-nous bien !

L'entrée nord de cet édifice se situait presque exactement - oui vous avez bien lu - là où l'architecte du projet a conçu dès 2005 l'entrée nord du futur musée rénové! Pur hasard ? Divination ? Réminiscence ? Architecte visionnaire ?  Allons soyons fou : Jean-Paul Philippon, réincarnation d'un architecte romain ? Et l'entrée sud nous direz-vous ? Eh bien elle se situait à cheval sur l'ancien mur de l'Orangerie dessinant l'axe qui va de la place des Ormeaux à l'avenue Gambetta, en contrebas. Une liaison permettait certainement d'accéder à l'édifice depuis le bas du dénivelé naturel. Trois ans avant cette découverte, en  2008, la nouvelle municipalité avait souhaité redéfinir le projet de rénovation-extension en demandant à l'architecte d'ouvrir un accés au musée depuis le sud ! 

Eh bien ! imaginons maintenant ...

Nous sommes quelques-uns assis sur les gradins, tout en haut de la cavea. L'odéon est fermé ce Ier janvier de l'année jour de l'élection des Consuls de Rome. C'est une chance. Il a neigé la nuit dernière. Quelques part en face, le territoire des Helviens est à peine reconnaissable : à nos pieds, le ruban noir du fleuve est notre seul repère. A 500m de là, le théatre de la cité adossé à la pente, s'ouvre aussi sur le Rhône. Combien sont-ils à partager la beauté de ce monde blanc ?

C'est cet axe de composition, tour à tour construit par les architectes romains, enfoui par les bâtisseurs  du Moyen Age et réinventé par les hommes du 21e siècle que nous serons appelés à fréquenter à la réouverture. Mais aussi le belvédère haut perché au sommet du futur musée, les terrasses panoramiques, le plateau des mosaïques avec vue sur la courbe du Rhône, le jardin et bien d'autres traversées encore ...

P1030435.JPG

  Extrait de la plaquette "lettre d'information" n° 24 du Musée de Valence"

 

                                                                                     Pascale Soleil

 

Les commentaires sont fermés.